Chris Ulian
Le Club

L’HISTOIRE DE CHRIS ULIAN, LE SUPPORTER DU FC SÉVILLE À L’ÉCHARPE QUI A RÉVOLUTIONNÉ INTERNET

Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook et ancien occupant de la même chambre à Harvard, a rendu l’accessoire viral il y a quelques jours, après avoir assisté à sa cérémonie de remise des diplômes.

Il s’appelle Chris Ulian, il est âgé de 21 ans et est né dans une petite ville près de Boston, sur la côte est des États-Unis. Il n’est pas supporter du FC Séville depuis la naissance, mais il a décidé d’aller étudier un an en Espagne et tout a alors changé pour lui. Il est arrivé à Séville, où la famille de Pablo l’a accueilli, qu’il considère comme son « frère sévillan ». Chris est rapidement devenu fan du FC Séville et il se rendait d’ailleurs régulièrement au stade Sánchez-Pizjuán.

Après cette vaste expérience, il est retourné chez lui et étudie à présent dans la prestigieuse université de Harvard. Et, presque par accident, l’écharpe qui trône sur la cheminée de sa chambre est devenue virale : « Les cours sont finis mais je continue d’habiter sur le campus pendant que je travaille en été. L’autre jour, on nous a dit que Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, viendrait prononcer un discours lors de la cérémonie de remise des diplômes et qu’il viendrait peut-être visiter son ancienne chambre, lorsqu’il étudiait ici ».

L’université a donc prévenu Chris et ses camarades qu’ils devraient nettoyer leur chambre et ranger leurs affaires. Cependant, il a décidé de laisser en place l’écharpe du FC Séville, que des millions de followers de Zuckerberg ont pu admirer lors de son direct en Facebook Live : « Quelques minutes plus tard, j’ai commencé à recevoir des messages d’amis qui disaient avoir vu mon écharpe. Sur le site web de l’université, il est même possible de visiter la chambre en 3D et de nombreux commentaires demandent quelle est la raison de la présence de l’écharpe du FC Séville. C’est pour moi une fierté de faire la promotion de mon équipe de cette façon ».

« J’ai commencé à recevoir des messages d'amis qui avaient vu mon écharpe »

Depuis son dernier séjour, Chris est retourné deux fois à Séville et, à chaque fois, il s’est rendu au stade Nervión. Il a même assisté à l’un des grands moments de la saison, la remontée du Real Madrid lors des arrêts de jeu : « La saison a été très bonne et nous étions tous très enthousiastes car nous luttions contre les grands ». Il avoue néanmoins que l’élimination de la Champions League a été douloureuse, en dépit de l’avoir vécue d’une manière particulière : « Ici, c’était les vacances de printemps et je me trouvais en Floride. J’étais à la plage et je suis rentré dans un bar pour voir le match. Je leur ai dit la chaîne qu’ils devaient allumer et j’ai ressenti beaucoup de peine en assistant à la défaite. Dès lors, ces vacances n’ont plus jamais été pareilles pour moi ».

Dans un pays où le football américain, le basket-ball, le base-ball et le hockey sur glace occupent presque toutes les premières pages des journaux, la tâche de Chris s’avère très compliquée. Cependant, il a réussi à transmettre sa passion pour le FC Séville à ses proches : « J’ai un frère âgé de 12 ans et il est maintenant aussi supporter du club. Même ses amis au collège le sont, les jours de match, ils vont tous en cours habillés du maillot de l’équipe ». Il souhaite revenir à Séville bientôt, pour l’instant il restera connecté à son équipe grâce à l’écharpe du FC Séville la plus célèbre dans le monde. Lundi prochain, dans le programme « Sólo el Sevilla » de SFC Radio, vous pourrez connaître plus de détails sur cette singulière histoire.

Communication Department